Elections au Venezuela : Revue de presse internationale

Revue de presse effectuée le dimanche 7 octobre avant la publication des résultats

Commençons notre revue de presse internationale par le continent Américain.

Les préparatifs de l’élection Vénézuélienne sont en première position sur le site du New York Times  ce dimanche 7 octobre.  Le journal met en avant l’enthousiasme des électeurs et les files d’attentes qui ont commencé dès 3 heures du matin par un appel passé à travers les haut-parleurs du service d’alerte nationale, invitant les Vénézuéliens à se rendre aux urnes très tôt, comme il est coutume lors des élections. Le quotidien New-yorkais fait aussi part de la peur de représailles individuelles en cas de vote pour l’opposition  et de la tension qui accompagne l’attente des résultats de ce scrutin.

Le Los Angeles Times  quant à lui rapporte les achats préventifs de certains Vénézuéliens dans les supermarchés pour parer à toute éventualité. En effet Hugo Chavez  a  agité le spectre de la guerre civile en cas de non-réélection du PSUV (parti au pouvoir) ce qui a amené le Président Colombien Juan Manuel Santos, pourtant de l’autre côté du spectre politique, à estimer qu’une victoire de Chavez sera la plus à même d’assurer la stabilité de la région. Interrogeant un politologue l’article signale qu’une alternance politique à la tête du pouvoir serait vite confrontée à des problèmes de gouvernance importants, tellement l’administration est acquise à la cause Chaviste, en place depuis 14 ans. De même, un éventuel gouvernement mené par Enrique Capriles, le candidat de l’opposition soutenu par une coalition de 30 partis, devrait faire face à un déficit budgétaire estimé à 20 points de PIB cette année. Les importantes dépenses consenties par Hugo Chavez en période pré-électorale ont grevé le budget de l’état et amène les opposant au gouvernement à crier au clientélisme. En majorité contre le président sortant, les Vénézuéliens établis à l’étranger prennent eux aussi part au vote.

Un reporter du Miami Herald ayant la double nationalité Étasunienne et Vénézuélienne relate d’ailleurs son expérience personnelle du vote. Les 20.000 Vénézuéliens établis à Miami ont dû se déplacer à la Nouvelles Orléans pour aller voter, depuis que le consulat en Floride a fermé ses portes suite à un différend diplomatique entre l’administration nord-américaine et celle du Venezuela. A cette occasion, le journaliste raconte qu’une collecte effectuée auprès de la diaspora vénézuélienne par les réseaux sociaux a permis de réunir suffisamment d’argent pour affréter 55 bus et 10 avions charters à destination de la Nouvelle Orléans afin que les Vénézuéliens répartis en Amérique du Nord puissent venir voter en Louisiane.

La presse britannique et le Guardian notamment mettent cependant en avant la modernité du système de votation qui de part un double vote électronique et papier est qualifié par l’ancien président US Jimmy Carter comme étant  « d’une meilleure qualité et supérieure à celui des États-Unis ». Les observateurs dépêchés par l’UNASUR et d’autres pays estiment eux-aussi  que le risque de fraude est presque inexistant. Ils regrettent cependant que la campagne électorale n’ait pas pu se faire de manière équilibrée et critiquent l’exposition trop importante du candidat sortant dans les médias nationaux.

La version anglophone de l’agence de presse chinoise Xinhua rappelle, dans un encart spécialement dédié à l’événement, que l’élection se fait entre 6 candidats et non pas 2 même si elle se résumera bien à un duel entre Messieurs Chavez et Capriles. L’agence Chinoise note que les moyens de transports publics étaient entièrement gratuits ce dimanche afin de s’assurer que tous les électeurs puissent se rendre aux bureaux de vote.

O Globo, au Brésil, précise aussi que les ventes d’alcool furent complètement prohibées dans la nuit du samedi au dimanche précédent les élections. Mais, plus préoccupé par les élections municipales ayant aussi lieu ce dimanche au Brésil, le journal n’accorde pas beaucoup de place à la présentation des élections au Venezuela.

Le journal Argentin Pagina 12, proche du gouvernement Kirchner présente en première page sur son site les enjeux de l’élection et rapporte les propos de l’archiduché de Caracas appelant les électeurs au calme et au respect du résultat final. L’autre journal Argentin Clarin, conservateur, relègue les élections en bas de page et met en avant la maladie d’Hugo Chavez et l’incertitude qui plane autour de son état de santé.

Le Sunday Times Sud-Africain aborde lui aussi la santé du leader vénézuélien  et note qu’il a pu apparaitre affaibli lors de certains discours et meetings, raccourcis à l’occasion, et qu’il doit lutter pour retrouver la fougue qui avait marqué les précédentes élections présidentielles. Un autre site d’information sud-africain, Mail&Guardian rappelle l’importance du pétrole dans la politique vénézuélienne et l’impact qu’aura l’issue de l’élection sur les cours de pétrole mondiaux étant donné que ce pays possède les plus grandes réserves mondiales de pétrole devant l’Arabie saoudite.

La version anglaise du journal Iranien, le Téhéran Times présente les élections en bonne place sur sa page d’accueil et énonce ses craintes autour d’une non-réélection d’Hugo Chavez. La forte insécurité qui règne dans le pays sera un des thèmes centraux de l’élection selon le quotidien Iranien.

Les journaux Israéliens Haaretz et Jpost rappellent les relations privilégiées d’Hugo Chavez avec le régime Iranien ainsi que la diminution de moitié de la communauté juive au Venezuela depuis l’arrivée au pouvoir du leader Bolivarien en 1998. Ces mêmes journaux critiquent les insultes à caractère antisémite assénées par Hugo Chavez  à Enrique Capriles durant la campagne.

La presse Russe anglophone comme Moscow News et la Pravda English, occupés par le 60éme anniversaire de Vladimir Poutine n’accordent que peu de place à la présentation de l’élection mais rappelle les importantes avancées sociales en termes de lutte contre les inégalités et l’analphabétisme qui ont eu lieu sous l’ère Chavez.

Quant à la presse Japonaise ou Coréenne anglophone elle ne traite que très rapidement des enjeux de cette élection et se contente de préciser qu’en dépit de la fermeture officielle des bureaux à 18h certains électeurs attendent toujours pour voter  car tous ceux présents dans les queues au moment de la fermeture ont le droit d’exprimer leur suffrage quoi qu’il arrive.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s