Les « Escuelas del Milenio » rêve de technologie pour l’Equateur oublié?

Par Karen Armas Uquillas

A la recherche d’un nouveau modèle éducatif, l’Equateur promeut un projet innovateur d’école connectée qui n’est pas dépourvu des défis. Pour quels résultats? Enquête.

De grands espaces verts, une infrastructure moderne, des salles de classe avec des tableaux numériques, des laboratoires pourvus d’équipements de dernier cri et des infrastructures ouvertes pour la communauté. On est à la Unidad Educativa del Milenio « Cacique Tumbalá », située à Zumbahua, une petite bourgade andine perchée à 3800 mètres d’altitude sur les flancs du volcan Quilotoa, dans la Province de Cotopaxi. Ici, un froid intense impacte la vie d’une population en grande partie indigène, qui profite aujourd’hui de la première des Escuelas del Milenio, qui fonctionnent en Equateur depuis 2008 dans des secteurs longtemps défavorisés et oubliés par l’investissement éducatif.

karen

Photo: Cotopaxi Noticias

Ces écoles incorporent des éléments modernes dans le processus d’enseignement et d’apprentissage, en utilisant la technologie comme un moyen de renforcer l’éducation dès les plus jeunes âges. On y trouve des classes dédiées à des différentes thématiques, des équipements modernes, des bibliothèques ouvertes à l’ensemble de la communauté, des laboratoires de physique-chimie et d’informatique, des terrains de sport, des espaces culturels et des espaces verts.

À l’heure actuelle il y en a 36 dans tout le pays, la plupart installées dans les régions marginalisées où l’offre éducative était très insuffisante. De leur entrée à l’école à l’age de trois ans jusqu’au cycle secondaire, les élèves peuvent profiter des outils technologiques comme les ordinateurs, les tableaux interactifs ou les microscopes. « Dans cette école j’ai pu apprendre sur internet et les ordinateurs grâce à la technologie que l’on a » raconte Shaina Saavedra, élève de 4éme de l’école Rafael Fiallos Guevara, dans la province de Pichincha. Selon le site du Ministère de l’Education 28 autres  sont en construction.

Des secteurs marqués par la pauvreté et l’exclusion

Dans les critères et objectifs de la construction de ces écoles, la lutte contre l’exclusion de la pauvreté est un des principaux déterminants. Sur le site web du Ministère de l’Education équatorien on retrouve alors la mission d’assister les secteurs historiquement négligés pour répondre à la demande des étudiants en milieu urbain et rural et améliorer la qualité de l’enseignement au niveau local. Ainsi, les facteurs qui déterminent l’implantation des écoles sont le niveau de pauvreté de la population et le manque d’approvisionnement des services éducatifs.

Selon le vice-ministre de l’Éducation, Freddy Peñafiel, dans une interview à l’Agence Andes, réalisée en mai de cette année, le premier objectif est de créer un effet de démonstration pour montrer comment le gouvernement travaille pour ces secteurs oubliés ;  « les pauvres méritent le meilleur, contrairement au passé quand ils ne recevaient que des miettes avec des écoles avec un seul enseignant, minuscules et abandonnées » déclarait-il.

L’amélioration du modèle éducatif

En 2005, l’Équateur a signé la Déclaration du Millénaire, où l’ensemble des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) à atteindre d’ici à 2015 ont été établis. Entre ces objectifs, on distingue dans le domaine de l’éducation le fait de devoir assurer à tous les enfants un accès égalitaire à l’école à tous les niveaux.

L’État équatorien, s’est alors s’engagé à fournir une éducation de qualité, à améliorer les conditions de scolarisation et de son accès sur le territoire. Dans le Enlace ciudadano 385, du 9 aout 2014, le président Correa a déclaré que l’éducation est le seul moyen de parvenir à une « véritable libération des peuples et une véritable démocratie ». Le président a expliqué que l’inauguration des nouvelles Escuelas del Milenio n’est pas une simple inauguration d’infrastructures, mais l’inauguration du nouveau modèle éducatif du pays.

Depuis 2006, le gouvernement a considérablement augmenté les investissements dans ce domaine, ces derniers atteignant $3.724.000 en 2014. Selon le vice-président Jorge Glas, avec 2% du PIB qui y sont consacrés, l’Equateur est le pays qui investit le plus dans les politiques de l’éducation en Amérique latine. Ce pourcentage dépasse celui de l’Argentine, la Colombie, le Brésil, le Chili et le Paraguay. Le but fixé étant d’augmenter de 0,5 points chaque année, jusqu’à ce que la part de cet investissement atteigne 5% du PIB.

“No todo es color de rosa”

Selon la conception du gouvernement les écoles élaborent leur plan éducatif institutionnel de façon participative, en respectant ainsi les caractéristiques culturelles, sociales et économiques de chaque communauté.

Cependant, les Escuelas del Milenio ne sont pas dépourvues de problèmes. Des difficultés qui empêchent leur bon fonctionnement et qui représentent pour les autorités des défis à surmonter à court terme. En général, les cas de mal fonctionnement des écoles sont dus à des problèmes de sécurité, d’entretien, de sous-utilisation, ou du manque de  formation pédagogique pour les professeurs. Selon un article du Journal La Hora, fin 2010 41 écoles attendaient des réparations ; à Zumbahua des 11 tableaux numériques seulement 3 fonctionnaient.

En termes d’infrastructures, c’est sûr que les Escuelas del Milenio representent una grande avancée, mais l’infrastructure par elle seule ne change pas la pédagogie. La technologie, si on ne peut pas ou on ne sait pas s’en servir devient seulement de la décoration. De même, étant donné le manque de programmes de formation, de nombreux enseignants ressentent un manque de ‘sécurité technique’ dans leur enseignement avec cette introduction de nouvelles technologies dans la salle de classe,. Dans le blog lalineadefuego, le 14 novembre 2013, Rosa María Torres raconte sa visite l’école “Jatun Kuraka” à Otavalo, province d’Imbabura : « Je demande à la professeure de m’expliquer comment elle utilise le tableau numérique dans ces clases ; après quelques minutes de déboires, il est évident qu’elle sait pas s’en servir. La formation pour les enseignants n’est pas encore arrivée ».

Désaccord avec l’implantation d’un modèle qui va contre leur gestion locale de l’éducation communautaire

Une autre préoccupation est le trajet des enfants vers les établissements. Selon le journal Expreso du 5 juin 2014, 150 enfants ont arrêté d’assister à l’Unidad Educativa del Milenio de Tondolique, province de Tungurahua, pour des questions de transport. En général les distances sont grandes, les routes sont pas sûres ou les parents ne peuvent pas assurer le coût du transport dans le cas où le service n’est pas offert par l’école ; de même pour les apports demandés pour le service de cantine.

Autre critique qui se répand dans le débat à propos de ces établissements, le chantage que le gouvernement aurait fait dans certaines communautés pour excuser et faire accepter l’activité extractiviste. En octobre 2013, pendant les mobilisations à Quito contre l’exploitation du parc Yasuni, des femmes indigènes de l’Amazonie affirmaient qu’elles ne voulaient pas des ciudades del milenio « imposées » ainsi que toutes choses qui ne sont pas dans leur logique culturelle . Ainsi, quelques communautés dans l’Amazonie et dans la province de Cotopaxi ont montré leur désaccord avec l’implantation d’un modèle qui va contre leur gestion locale de l’éducation communautaire.

Le nouveau modèle éducatif équatorien est face à d’importants défis. Le projet innovateur « d’école connectée » est une idée excellente, mais montre que l’engagement et l’action du gouvernement doivent être pensé stratégiquement pour s’adapter à chaque village, chaque environnement et chaque population. Un vrai effort est alors requis pour un accompagnement permanent dans l’installation et le suivi des écoles, permettant ainsi qu’elles soient en plus d’un rêve de technologie, une réalité permanente.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s