Les bons, les vautours et les truands

Un lobby nord-américain créé le buzz en Argentine et aux USA en publiant un jeu de cartes en ligne à l’effigie des proches des ex-présidents Kirchner intitulé “La route de l’argent K”. Dernier épisode en date d’un conflit sans merci qui oppose des “fonds vautours” au gouvernement argentin. Enjeu : 15 milliards de dollars de titres de la dette argentine, acquis par divers fonds au lendemain du défaut souverain de 2001.

Par Shauna O’Donnellfactcheck

Un jeu de cartes sans règles. C’est à peu près ce à quoi ressemble l’économie de l’Argentine dans du jeu « Follow the money » mis en ligne sur le site Fact Check Argentina, qui se pose en révélateur de vérités dérangeantes sur ce pays. Chaque carte est à l’effigie d’une institution, d’une personnalité politique, du monde des affaires ou des médias, impliqué dans « la route de l’argent K ». « K », c’est le diminutif par lequel les argentins désignent Nestor et Cristina Kirchner, successifs présidents de la République entre 2001 et 2015. « La route de l’argent K », c’est une des scandales politiques argentins les plus polémiques de la décennie. Qu’importe le support médiatique, la liberté de la presse s’exerce allègrement sous les projecteurs d’enquêtes spéciales sur les détournements de fonds, regorgeant de détails croustillants impliquant les différentes élites du pays.

En 2010, un journaliste peu révérentieux , Luis Majul, avait écrit un livre de plus de 500 pages, « el Dueño » , « le propriétaire » qui a rencontré un franc succès. L’ouvrage dénonçait déjà l’enrichissement personnel du couple présidentiel à travers diverses affaires de blanchissement d’argent, de marchés publics truqués, et autres formes de corruption. « La route de l’Argent K », si elle s’avère vraie, ferait suite à la tradition Argentine de corruption de grande envergure, par les présidents de la nation et leur longue liste de complices. Sauf qu’à ce jour, aucune mise en examen n’a encore débouché sur une condamnation, ni des Kirchners, ni de leurs proches collaborateurs. De multiples accusations et témoignages ont été diffusés à la télévision argentine pour décrire le stratagème de ces bandits à col blanc, appuyés par d’interminables témoignages d’employés de banque, de travaux publics ou de l’Etat.

L’ONG 100 Reporters fait mention spéciale de la présidente Kirchner pour avoir accepté des financements d’Hugo Chavez lors de sa campagne présidentielle et l’accuse de manipuler les administrations d’audit national anti-corruption, de manière à ce qu’une procédure judiciaire à son encontre dure 14 ans. Sa fortune officielle a en effet augmenté de 26 fois par rapport à ce qu’elle avait déclaré au début de son premier mandat. La raison avancée pour cet enrichissement serait liée aux nombreux hôtels que posséde le couple. Mais de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer l’augmentation du coût des travaux publics, inflation prise en compte, ainsi que les re-nationalisations de compagnies privatisées par leur prédécesseur Carlos Menem. La côte de popularité des époux « K » n’est guère plus reluisante que celle de ce dernier, ce qui s’est vérifié avec la défaite récente de Cristina face au challenger Macri.

Miradas-Luego-Cristina-Kirchner-Reuter_CLAIMA20150411_0111_27

B. Obama et la veuve Kirchner pendant le dernier Sommet des Amériques, premier sommet à accueillir la participation de Cuba depuis la Révolution, et pendant laquelle la Présidente Argentine entre autres a interpellé Obama sur la culpabilité des EU vis-à-vis des douloureuses histoires latino-Américaines.

Il faut dire que la polarisation des opinions était une stratégie politique de Nestor, entretenue par sa femme. Car en Argentine le culte de la République se mêle au culte de l’Etat, confondu lui-même avec le culte du gouvernement en place, et la barrière entre l’argent public et l’argent du parti au pouvoir est parfois poreuse. En attestent certains programmes sociaux mis en place sous leurs mandats. Et l’argent public qui ne disparaît pas est souvent mal géré au sein d’administrations qui parfois existent en double par refus de remplacer un personnel incompétent par des professionnels plus qualifiés. Selon Transparency international, les argentins ont une très mauvaise opinion de leurs partis, leurs administrations et leurs fonctionnaires, ainsi que du parlement et du système judiciaire. L’ONG Américaine classe le pays à la 107è place sur 175 en termes de perception de la corruption, loin derrière les Etats-Unis (19è) où le lobby revêtant diverses formes, est légal, ou la France (22è) et devant le Paraguay(150è) et le Vénézuela (160è). La faute, peut-être à une certaine part de vérité, mais aussi d’une presse « indépendante » dotée d’importants financements privés.

12HEDGE1-tmagArticleL’ex-présidente tenant le journal anti-Kirchnériste Clarìn.

Paul Singer, « self-made » milliardaire US, lui-aussi « lutte activement contre la corruption », fut-elle avérée ou supposée. Mais seulement lorsqu’il s’agit d’empocher la mise pour lui-même, son « fond d’investissement » ou sa généreuse fondation Singer. Ce joueur de Monopoly grandeur nature écrit des chèques plus vite que son ombre, s’entoure de personnalités politiques, s’associe avec des institutions financières comme Moody’s et fait partie des plus importants contributeurs du parti républicain. A noter, qu’il n’y a pas de limite pour les dons aux partis ou aux campagnes présidentielles aux Etats-Unis. Milliardaire (avec plus de 2 milliards à son nom propre) de 71 ans, spécialisé en droit financier et ardent défenseur de la dérégulation et défenseur de la cause Gay, il est félicité par Forbes pou avoir « gagné ses précédents paris » : Par diverses procédures légales et des jeux d’influence, il a réussi à soutirer plus de 46 millions $US de profit à l’Etat Péruvien en faisant du chantage au président Fujimori en 1996. Une de ses filiales a ensuite pris 100$US au Congo sur une ancienne créance du Zaïre acheté pour le tiers de sa valeur sur les marchés secondaires en 2011. Aujourd’hui, le fond NML Capital (Eliott Management), détenteur de 17- 27 milliards $US, réclame encore 1700 millions $US à l’Argentine, ce que Le gouvernement Kirchner se refusait catégoriquement à payer.

101370028-108427768.530x298

En usant d’une clause juridique dite Pari Pasu, le fond de spéculation a obtenu gain de cause car un tribunal Californien a estimé que l’Argentine n’avait pas le droit de « discriminer » ce fond qui s’est opposé à toute restructuration de dette avec l’Etat souverain contrairement à 93 % des autres créanciers qui recevaient leur créances selon leur nouveau contrat. La restructuration de dette est une pratique très courante pour que les Etats endettés n’arrivant pas à honorer leurs titres puissent bénéficier d’une révision de contrat. C’est aussi la raison d’exister du Club de Paris : diminuer le montant des dettes à rembourser en vue de créer une dette soutenable. Mais la décision du juge Américain Thomas Griesa vient chambouler la situation car si les autres créanciers ayant refusé la restructuration de dette effectuent les mêmes démarches, alors l’Argentine devra payer autour de 15 milliards de dollars, et non-plus 1,7 Milliard. La banque centrale Argentine en Décembre 2014 déclarait 31,4 Milliards$US de réserves propres, soit le double de la créance réclamée. Soit 10 fois moins que celle du Brésil et 100 fois moins que celle des Etats-Unis. Jusqu’au 31 Décembre 2014, une autre clause juridique, Rights Upon Future Offers, permettait à tous les autres créanciers de demander un traitement semblable à ceux qui avaient obtenu un remboursement à 100 % des bons. Mais les Kirchners, ayant fait de la souveraineté nationale leur marque de fabrique après le président « Vend-patrie » Carlos Menem, ont toujours refusé de payer les sommes réclamées. Et c’est justement ce que leur reprochent ces fonds vautours.

afta lol

Après l’élection du libéral Mauricio Macri en Novembre 2015, la valeur des bons de dette souveraine sont repartis à la hausse sur le marché secondaire, car Macri se disait disposé à négocier avec les créanciers récalcitrants à la restructuration. Cependant l’euphorie n’a été que de courte durée car la situation économique du pays s’est aggravée par la dévaluation de la monnaie nationale et une inflation toujours plus forte. Macri promet de s’attaquer à la corruption et fait montre d’un comportement globalement respectable. Mais quand NML Capital promet que respecter la décision de justice étasunienne serait bénéfique à toutes les parties, on peut émettre de sérieux doutes sur le bénéfice que tirerait l’Argentine à céder la moitié de ses fonds souverains. L’évasion de capitaux est déjà forte dans ce pays et depuis la décision du juge US, l’Argentine ne peut plus concrètement payer ses autres créanciers par voies bancaires. Quand à la corruption des Kirchners, peut-être le nouveau gouvernement laissera-t-il la cour suprême décider de cette affaire de manière indépendante. Encore faudrait-il que les juges se sentent à l’abri d’un nouvel assassinat. La Mémoire d’Alberto Nizman, mort dans de circonstances troubles la veille de l’instruction d’un dossier solide contre Christina Kirchner, est encore présente. Sombres suspicions à l’encontre de présidents qui ont activement lutté contre l’impunité de la dictature et ont ré-ouvert les investigations sur les centaines de milliers de disparus de cette ère.

Pour aller plus loin :

vautours

La situation du litige financier en Décembre 2014

Troublante affaire d’assassinat d’un juge Argentin a la veille de poser sa plainte contre la présidente Christina Kirchner pour complicité de terrorisme ayant tué 85 juifs en 1994 à Buenos Aires: http://www.elmundo.es/america/2015/01/19/54bcb21a268e3e132b8b456e.html

Sur la bataillle juridique entre NML Capital et l’Argentine :

http://www.motherjones.com/politics/2013/07/paul-singer-elliott-republican-fundraiser
http://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/021515767606-dette-le-fonds-elliott-saisit-de-nouveau-des-actifs-de-largentine-en-france-1180238.php

Site très transparent de ce croisé contre la corruption : http://www.elliottmgmt.com/Media  

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s