Youtube: un nouvel outil 2.0 en faveur du droit à l’avortement.

Imaginez des youtubeuses stars françaises, à l’image d’EnjoyPhoenix se filmer et prodiguer de nombreux conseils devant leur écran afin de réaliser un «avortement maison » puis de le diffuser sur la célèbre plateforme. C’est ce qu’ont imaginé deux associations chiliennes dans leur campagne de communication pour alerter et sensibiliser le grand public à la situation dramatique que subissent les femmes au Chili.

Derrière la satire, une dénonciation virulente. 

Dans un des pays les plus restrictifs du monde en matière d’avortement, Grey Chile et Miles Corporation ont décidé d’agir, quitte à choquer. Ainsi, les deux associations ont récemment décidé de diffuser, via des plateformes telles que Youtube ou Dailymotion, une série de tutoriels vidéos expliquant aux jeunes filles comment effectuer, par leurs propres moyens, une interruption volontaire de grossesse. Le ton employé est évidemment noir et satirique. De la même manière qu’elles prodigueraient des conseils pour un maquillage ou une coiffure réussis, ces youtubeuses nous expliquent avec nonchalance comment avorter par ses propres moyens. Tomber dans les escaliers, se prendre volontairement une borne d’incendie dans le ventre, se faire renverser … Tous les moyens possibles et imaginables sont ainsi évoqués. Chaque vidéo est accompagnée de conseils et d’outils concrets pour atteindre le but convoité.

Derrière ces tutoriels satiriques, se cache la dénonciation de la situation dramatique des femmes au Chili. L’avortement est complètement interdit au Chili depuis 1989, date à laquelle le dictateur Augusto Pinochet a modifié le code de la santé du pays. Comme le mentionne chaque tutoriel, l’avortement dit « accidentel » est le seul avortement qui n’est pas considéré comme un crime par les autorités chiliennes.

baby-1915402_1920-1

Crédit photo:nikosapelaths sur Flikr

Dans ce pays où l’interruption volontaire de grossesse est donc interdite sous toutes ses formes, plus de 150 000 femmes auraient chaque année recours à ce type de méthode. Ces tutoriels ne montrent donc pas des techniques complètement fantaisistes, mais bel et bien ancrées dans la réalité. Il n’existe aucun moyen d’avoir recours, pour ces femmes, à un avortement thérapeutique. Dès lors, la législation les pousse à tenter de s’avorter elles-mêmes, le plus souvent au péril de leur vie. C’est pour montrer au monde entier les conséquences désastreuses de ce genre de pratiques que les association Grey Chile et Miles corporation ont réalisé cette série de tutoriels vidéos.

Miles corporation est une organisation non gouvernementale. Depuis  2010, le mouvement citoyen se bat pour la mise en place de politiques publiques et de changements législatifs qui promeuvent les droits sexuels et reproductifs dans le pays, dans le respect des droits de l’homme;  indépendamment de la race, de l’origine ethnique, des idéologies politiques, du genre, de l’âge ou encore de l’orientation sexuelle. L’association est donc un acteur de premier plan dans le combat en faveur de l’avortement, et plus généralement en faveur des droits des minorités.

Leur campagne vise clairement à mettre la pression sur le congrès et les parlementaires pour que la question de l’avortement puisse enfin être discutée et adoptée. Le but affiché est de donner l’impulsion et la volonté nécessaire à chaque citoyen pour que chacun se mobilise en faveur du projet.

Une campagne choquante et innovante; l’utilisation des nouveaux moyens de communication dans le combat en faveur de l’IVG.

Cette campagne a fait grandement débat au Chili, mais aussi partout dans le monde. En effet, le recours au trash et au choc ne fait pas l’unanimité. Là est tout le débat: dénoncer des faits intolérables et scandaleux (ici le fait de priver les femmes du droit à disposer de leurs propres corps comme elles l’entendent) justifient-ils de les montrer dans toute leur brutalité ? La méthode employée se justifie par son efficacité. Ici, chaque internaute peut s’identifier au personnage. En effet, ces jeunes filles s’adressent directement à lui, face caméra, ce qui accroit le sentiment d’intimité entre ce dernier et ces jeunes femmes. Grey Chile et Miles Corporation utilisent le choc pour exister. Le message que souhaitent faire passer ces deux associations est extrêmement fort et évoque des conséquences extrêmement graves. En ce sens, pour marquer le public, les images doivent être aussi fortes que le message diffusé. Néanmoins, au Chili, comme à l’étranger, ce mode d’action ne fait pas l’unanimité. Ce type de campagne peut contribuer à généraliser la violence et parfois même aller à l’encontre du message initial. Ces vidéos, grandement dérangeantes et mettant le public mal à l’aise, ont considérablement choqué le pays.

Pour autant, elles ont le mérite d’essayer quelque chose de nouveau. En ce sens, Claudia Dides, porte parole de l’association Miles corporation affirme  » Nous savons que notre campagne est forte, voir choquante, mais elle correspond entièrement à la réalité chilienne. Les femmes, en situation de détresse, sont capables de tout pour pouvoir avorter et elles ont recours à ce genre méthode sans aucune aide et au milieu de la solitude. En ce sens, nous avons choisi l’idée du tutoriel et de mettre en avant la notion d’accident et de confidentialité à garder à tout prix. Auparavant, les sages femmes transmettaient le savoir nécessaire pour pouvoir avorter. Maintenant les réseaux sociaux ont pris le relais. Ces vidéos nous permettent de surprendre. L’agence qui nous a offert cette campagne a réussi à retranscrire le drame que vivent les femmes chiliennes » (source http://www.merca20.com/los-polemicos-tutoriales-para-abortar-en-cannes-lions-2015/

La nouveauté ne concerne donc pas seulement la violence utilisée dans ces vidéos, mais aussi son mode de diffusion. Les associations utilisent le phénomène youtube pour toucher et faire réagir en premier lieu les jeunes. Les youtubeurs sont devenus les influenceurs du XXIe siècle. Ces derniers sont en général très jeunes (moins de 25 ans) et arrivent à fédérer des communautés et des millions d’abonnés. Les Youtubeurs incarnent de véritables modèles pour les adolescents. Ainsi, l’engouement en faveur de ces influenceurs 2.0 ne cesse de s’accroitre, en témoignent les milliers de personnes présentes à chaque rencontre organisée (appelées des Meet-up). Les associations Grey Chile et Miles corporation utilisent ici un créneau porteur: avoir recours aux plateformes Youtube et Dailymotion, devenues les principales plateformes de diffusion de l’information.

Et maintenant ?

La campagne que nous évoquons tout au long de cette article datait de fin 2015. Qu’en est il  de la situation un an plus tard ? Alors que la campagne choc visait à rallier l’opinion publique autour de Michelle Bachelet concernant la proposition de loi autorisant l’ interruption volontaire de grossesse, les choses ont quelque peu évolué depuis. Le jeudi 16 mars 2016, le parlement a voté l’autorisation de l’avortement en cas de malformation foetale, de viol et de risque pour la santé de la mère. Un premier pas a donc été franchi. Le 6 septembre dernier, la commission santé du sénat chilien a suivi l’avis de la chambre des députés et a approuvé l’idée de légiférer dans ce sens. Le combat a été long puisque bien que la loi fut votée par la chambre des députés en mars 2016, la Commission eu tout de même plusieurs mois de débat et a entendu 50 experts académiques, mais aussi des membres de l’Eglise et des organisations de la société civile. Néanmoins, le projet amorcé par la présidente Michelle Bachelet en 2015 et soutenu par la campagne qui fait l’objet de notre article, doit encore être voté par la Commission constitutionnelle du Chili avant d’être à nouveau discuté devant le Sénat chilien. Pour autant, même si la loi est adoptée, sa mise en oeuvre effective restera un combat de tous les instants. A l’heure actuelle, l’avortement reste toujours complètement interdit au Chili; sous toutes ses formes, même si la mère est violée ou si l’enfant est en péril. Le projet de loi sera débattu en janvier prochain au sénat.

111077587_947e92f4bc_o

Michelle Bachelet lors de son investiture. credit photo @JoseBarrera sur Flickr.

Force est de constater que la campagne de communication des associations Grey Chile et Miles Corporation a donc eu un impact sur la société civile au Chili et sa perception de l’avortement. Certes, cette cause n’est surement pas exhaustive et différents facteurs ont permis de faire bouger les lignes chiliennes. Néanmoins, cette campagne a permis de faire connaitre dans le monde entier le projet de loi de Madame Bachelet et de rassembler autour d’elle de nombreux soutiens.

Justine Top.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s