Grenoble – Medellin : une coopération pertinente pour l’urbanisme innovant

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le mois de la Colombie à Grenoble a été l’occasion pour la Métro grenobloise et la ville de Medellin d’accélérer la coopération entre les deux collectivités. Si la capitale économique colombienne est une vitrine de l’innovation après 50 ans de conflit armé dans le pays, Grenoble et Medellin sont confrontés aux mêmes enjeux pour la mobilité urbaine et la gestion de la pollution de l’air.

Cela fait plus de 10 ans que Poma, le constructeur de systèmes de transports par câbles du bassin grenoblois, et la mairie de Medellin ont contribué à changer l’image de la ville, rendue tristement célèbre par la série Narcos.  En 2004, Poma est en recherche de nouvelles applications pour ses télécabines suite à la perte de vitesse du secteur du sport d’hiver. Le metrocable de Medellin redessine les déplacements citadins. Les télécabines sont en effet adaptées au mode de transport urbain permettant de connecter les comunas (quartiers défavorisés à flanc de montagne) au centre-ville déjà desservi en métros et en bus. Ce projet s’inscrit dans une politique d’urbanisme social aux résultats très positifs, en effet le centre de recherche américain Urban Land Institution considérait Medellin comme la capitale mondiale de l’innovation urbaine. Grenoble est une ville avec des caractéristiques très proches de celles de Medellin. Enclavées par les montagnes, très polluées et socialement divisées entre un centre-ville aisé et des quartiers populaires marginalisés, la coopération entre les deux collectivités semble pertinente.

C’est pourquoi la Métro iséroise et la Ville de Medellin ont pu échanger sur les défis auxquels les deux collectivités font face : développer le réseau de transports en commun pour faciliter la mobilité de tous en améliorant la qualité de l’air.

Mobilité urbaine : des métrocâbles grenoblois

A Grenoble, la Métro souhaite s’inspirer de l’expérience des élus paisas, habitants de la ville de Medellin, pour améliorer la mobilité dans l’agglomération. Le projet baptisé Métrocâble a pour objectif de développer les déplacements transversaux dans le Nord/Ouest de l’agglomération, en reliant en quelques minutes les lignes de tramway A, B et E entre Fontaine et Saint-Martin-le-Vinoux. Avec une augmentation prévue de 80 000 déplacements par jour sur ce secteur à l’horizon 2030, ce futur mode de déplacement innovant sera l’une des clefs du désengorgement de cette branche du bassin grenoblois. Medellin de son côté souhaite également user des compétences de la SMTC (Syndicat Mixte des Transports en Commun de Grenoble) pour gérer son tout nouveau tramway.

« Ce qui nous intéresse, c’est la manière dont Medellin a su développer la culture « métro » favorisée par l’organisation de l’espace public autour du câble urbain, ce qui a permis l’intégration totale et le respect du système de transport notamment au sein de la population tout en développant des activités économiques autour des stations » explique Alizé Bachimon, Directeur de Cabinet de la SMTC.

Agglomération respirable, un savoir-faire grenoblois

La métro Grenobloise se convertit en un modèle de référence en matière de contrôle et de gestion de la qualité de l’air en milieu urbain ces dernières années. En effet, le décret sur la mesure tarifaire graduée, en fonction de l’intensité de la contamination de l’air, est devenu une référence nationale de gestion des pics de pollution. Il a été élaboré et mis en place pour la première fois par l’agglomération grenobloise.

De ce fait, elle inspire des politiques de gestion urbaine de la pollution de l’air au-delà des frontières européennes. Cela pousse l’agglomération de Medellin à se rapprocher de la capitale iséroise pour se doter de politiques et d’instruments permettant de gérer ses pics de pollution. Confrontée à un accroissement de sa population et de son activité industrielle, la ville colombienne souhaite tirer de l’expérience grenobloise pour surmonter ces défis.

Grenoble-Medellin : un exemple de la coopération France-Colombie

La coopération imminente entre Grenoble et Medellin est un exemple de projet de coopération où la France a un rôle important à jouer. La France et l’Union européenne participent activement à l’application des accords de paix au travers d’un fonds fiduciaire européen et des aides techniques pour le développement en milieu rural. Le 19 octobre dernier, l’Ambassadeur de France à Bogota Gautier Mignot était présent lors du forum des ONG franco-colombiennes dans le cadre du mois de la Colombie co-organisé par la mairie de Grenoble, dirigée par le maire écologiste Éric Piolle. « La France a une forte expertise dans l’enseignement professionnelle en milieu rural et dans la gestion des cadastres municipaux » Il ajoute que « nous avons implanté 6 maisons familiales en Colombie [MFR-Maison Familiale et Rurale], [et que] de plus la coopération pour la formation agricole des jeunes entre la Mairie de Crolle et Zapatoca dans le Nord-Ouest de la Colombie est un exemple fructueux de projets à répliquer dans les zones les plus touchées par le conflit colombien ».

La coopération entre Grenoble et Medellin est donc une opportunité pour développer de nouveaux partenariats. La mobilité sociale et la lutte contre le réchauffement climatique sont au cœur de cet accord qui se concrétisera par une visite des élus grenoblois à Medellin en mai prochain.

 

TACCO-NARQUIN Julien / FAIDY Alexandre

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s