Laredo – Texas : un conflit qui va bien au-delà de la construction du mur

Par Audrey Duc

Pont qui sépare Laredo Texas, du Nuevo Laredo au Mexique (DR)

Laredo au Texas, doit faire face à une question complexe qui dépasse la préoccupation première de Donald Trump qui est la construction d’un mur qui séparerait les Etats-Unis du Mexique.

Laredo, est une ville située au sud-ouest du Texas, bordée par le Rio Grande à la frontière du Mexique, Laredo fut fondée par des familles de colons espagnoles en 1755, c’est encore aujourd’hui le plus grand port de commerce entre les deux pays, elle possède donc un grand trafic routier et ferroviaire en partie grâce à ses grands axes. La ville en forte croissance compte plus de 244 731 habitants.

Située à l’extrémité ouest du Texas elle n’est séparée de sa sœur jumelle, Nuevo Laredo au Mexique que de 20 minutes seulement en voiture. Cette proximité géographique ne profite cependant pas à tout le monde. En effet, Nuevo Laredo (MX) est surtout tristement connu de l’autre côté de la frontière pour être plus pauvre. La violence y fait rage, son économie est directement liée au trafic de drogue et au trafic d’être humain.
A première vue, les deux villes sont aux antipodes l’une de l’autre ne présentant aucune caractéristique commune si ce n’est la population en majorité hispanique. Pourtant, il y a un point important qui les lie entre elles. Il s’agit du Rio Grande, ce fleuve qui s’étend sur plus de 3 037 km, prend sa source dans le Colorado et sert de frontière entre les États-Unis et le Mexique.

Un fleuve qui crée la discorde parmi les habitants et les gouvernements Mexicains, et Étatsuniens, en effet les eaux usées des fleuves entachent les relations économiques et politiques des deux villes. Cependant, pour comprendre la problématique en question, il faut revenir sur les éléments qui ont conduit à des tensions que même la construction d’un mur à la frontière ne pourrait pas apaiser.

Laredo Texas- Nuevo Laredo world atlas ( DR)

Rappel historique

Les Etats-Unis et le Mexique ont signé en 1944 un traité binational stipulant la répartition des eaux du Rio Colorado, du Rio Bravo/Grande et du traitement des eaux du Rio Tijuana, trois fleuves transfrontaliers qui restent aujourd’hui un sujet de discorde et de tension.
Disposant depuis lors d’un réseau de fleuve partagé, la commission internationale des frontières et des eaux veille au respect des normes concernant les eaux utiles et l’agriculture.

Cependant, la gouvernance des eaux transfrontalières du Rio Grande pose problème notamment du côté de Laredo au Texas. La ville, au contraire de sa sœur jumelle Nuevo Laredo a vu sa population doubler depuis 1990 et les ouvriers agricoles s’inquiètent de la baisse du niveau des eaux constante qui provoque la sécheresse des terres à cultiver. De l’autre côté, dans la ville Nuevo Laredo, des eaux usées des maisons s’échappent et se déversent dans le fleuve. En résulte la colère de la partie américaine qui compte tout comme Nuevo Laredo sur les eaux du Rio Grande pour irriguer ses champs. Le problème étant que le Mexique ne respecte pas ses engagements en matière de traitement des eaux. De ce fait, des représentants Texans qui siègent au Congrès ( Washington D.C.)  se voient obligés de régulièrement faire pression auprès des autorités compétentes pour exiger du Mexique qu’il respecte le contrat de partage en arrêtant de polluer les eaux du fleuve.

Cependant, le gouvernement de Trump voit d’un mauvais œil cet accord et n’hésite pas à disputer la moindre goutte d’eau au Mexique. Bien que les Etats-Unis se positionnent sur la plus haute marche du podium au classement des plus grands pollueurs mondiaux et qu’ils doivent faire face à des crises internes ( Crise sanitaire de Flint, Michigan), le gouvernement n’hésite pas à rejeter la faute sur le Mexique lorsqu’il s’agit de la gestion des eaux du Rio Grande.

Laredo- Texas (DR)

 

Les problèmes relatifs à l’eau dans cette région aride et semi-aride sont inséparables des sécheresses répétées qui ont affaibli la région, mais ils sont également dus à une croissance économique démesurée. Depuis les années 90, la ville de Laredo connaît un boom économique créant de l’emploi et des infrastructures. Malheureusement, la soif ne fait qu’augmenter dans cette partie des Etats-Unis, au grand désespoir des ménages de plus en plus inquiets et conscients de la valeur écologique de l’eau.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s