Quand la Vallée du Cocora ne supporte plus l’avocat

Emblème national, le palmier à cire du Quindío est au cœur d’une lutte entre enjeux économiques et préservation de l’environnement qui a pour toile de fond la Vallée du Cocora, en Colombie. Sa survie est désormais mise en péril, en raison, entre autres, de l’expansion des cultures de « l’or vert » : l’avocat.

Par Coraline Challamel


Vallée du Cocora, Quindío, mai 2018 – Copyright © Coraline Challamel

La ruée de l’or vert…

Répartie en parcelles cultivées par des agriculteurs locaux, la vallée est en proie aux aléas économiques. Bien que les activités menées soient réglementées, les pressions économiques qui pèsent sur les agriculteurs poussent ces derniers à réorienter leurs pratiques vers des plantations plus rentables, tel que l’avocat Hass dont la surface cultivée et les exportations ont exponentiellement augmenté au cours des dernières années, au détriment flagrant des palmiers à cire.

La sonnette d’alarme tirée pour avertir des effets néfastes de notre consommation a tout autant contribué à la redirection de la demande vers certains produits phares, comme le quinoa, l’avocat, le soja ou encore les amandes, et pousse les agriculteurs à étendre leurs plantations pour gagner en part de marché et répondre à la demande mondiale.

En ce sens, le directeur des affaires économiques de l’Association Nationale du Commerce Extérieur (Analdex), Giovanni Gomez, a déclaré que de nouvelles aires productives sont apparues dans de nombreux départements du pays (plus de détails). Les régions qui entourent le Quindío, tels Valle del Cauca, Antioquia, Caldas et Tolima comptent d’ailleurs les plus grandes surfaces de culture et sont les principaux exportateurs d’avocat.

L’explosion de la consommation américaine – premier importateur d’avocats hass colombiens –, mais aussi européenne et maintenant japonaise, en est la principale cause (plus de détails). Cela se traduit par une croissance générale des exportations d’avocats avoisinant les 75,5 % en 2018, et, plus spécifiquement, frôlant les 78,4 % en direction du marché européen. Qualifié « d’or vert de l’économie », les exportations d’avocats continuent d’afficher un excédent économique annuel et amortissent légèrement les retombées négatives liées à la volatilité des prix d’autres matières premières et agricoles.

… au détriment d’un palmier à cire protégé

Bien que le palmier à cire – le Ceroxylon Quindiuense – qu’abrite la vallée soit l’emblème de la Colombie, sa décimation met en lumière le manque d’efficacité de la protection normative et politique de l’environnement, dans un contexte où sa préservation est au centre des revendications.

Retour sur la Loi n°2 de 1959 qui a formalisé la protection de la Vallée du Cocora en l’élevant au rang de Zone de Réserve Forestière Centrale, bien qu’elle n’ait pas réussi à mettre un terme aux pratiques de déforestation, qui ont ainsi perduré jusqu’en 1985.

En l’occurrence, la Loi n°61 de 1985 (texte) a marqué une véritable avancée en consacrant le palmier à cire en tant qu’Arbre National, jetant ainsi les bases de sa protection. Elle prévoirait la création de zones protégées s’étendant sur 9 000 km à partir de l’embouchure du fleuve Toche dans le département du Tolima, couvrant ainsi la surface où la plus importante présence de Palmiers à Cire du Quindío a été recensée. Or, sur les 9 000 km prévus, 4 000 km couvriraient des zones de pâturage, où se trouvent des palmiers isolés qui, en raison d’un environnement incompatible à sa préservation, ne se reproduisent pas.

Selon le Ministère de l’Environnement, la mise en application de ladite norme reste incomplète, et son efficacité faible (en savoir plus : Plan de conservation de l’Arbre National). L’entrée en vigueur de l’Accord 089 de 1997 du Conseil Municipal de Salento a établi un cadre juridique plus solide pour protéger la Vallée même si, en dépit de celle-ci, le bilan dressé sur sa décimation progressive reste négatif.

De ce fait, en réponse aux différentes plaintes portées par les habitants du département, les gouvernements locaux de Salento et du Quindío ont tout de même cherché à mettre en place des programmes de développement, et des plans pour administrer l’usage des sols, comme « Creer en lo que somos » (2016-2019). Ils s’inscrivent dans une démarche de recherche, gestion et surveillance des palmiers, cultures et pâturages, afin de mieux réguler et protéger la vallée.

Diminution de la présence de palmiers à cire sur une même parcelle, paru dans la revue Colombia Florestal vol.16 (1), janvier-juin 2013 – Copyright © Rodrigo Bernal, María José Santon

Plantations d’avocat dans la Vallée du Cocora, Quindío, mai 2018 – Copyright © Coraline Challamel

Une survie menacée

Par conséquence, en dépit du cadre de protection, la Vallée reste exposée au développement d’activités économiques qui menacent sa préservation. La survie du palmier à cire, dont les spécimens les plus anciens (169 ans) sont en train de périr et la reproduction n’est pas assurée, est fortement menacée. Outre les plantations d’avocat, les pâturages sont aussi particulièrement mis en cause. S’agissant d’un écosystème sensible déjà perturbé par les changements climatiques, ces activités ne constituent pas l’habitat naturel desdits palmiers et créent des conditions hostiles à leur reproduction. Élevée au rang de « zone d’influence » du parc national de Los Nevados, la vallée est sillonnée par des cours d’eau qui constituent la réserve naturelle des environs et alimentent les populations du Quindío. Ces activités engendrent une pollution des sols due à l’utilisation de produits chimiques.

Estimation du pourcentage de palmiers à cire survivants (de plus de 139 ans, ronds – de plus de 169 ans, carrés), paru dans la revue Colombia Florestal vol.16 (1), janvier-juin 2013 – Copyright © Rodrigo Bernal, María José Sanín

À lire : « Uso de suelos en Cocora está indeterminado »

Bien que l’heure soit au renforcement de la protection de ce paysage unique au monde, du fait de l’annonce de l’inscription du Bosque de Palmeras de Cera à la liste des zones protégées, et plus précisément comme « Sanctuaire de Faune et Flore pour la préservation du palmier à cire », en 2018 (en savoir plus), il est indéniable que d’autres facteurs entrent en jeu. Les conséquences de la demande mondiale d’avocat sur la Vallée du Cocora, répondant davantage à un phénomène de mode qu’à un véritable besoin, sont visibles à l’œil nu. Pour preuve, les trous creusés ne sont pas pour planter de nouveaux palmiers, mais bel et bien des avocats. Le panorama de palmiers isolés n’est pas le fruit d’un développement naturel inégal de l’espèce, mais une conséquence de l’expansion des pâturages et des plantations d’avocats. Cela est d’autant plus grave que la Valle del Cocora est considérée comme l’épicentre génétique (la Cordillère Centrale) de cette espèce.

Nos habitudes alimentaires ont entrainé une course effrénée à l’exportation d’avocat, dont la valeur et la demande connaissent une augmentation constante. Cela souligne de la même façon un problème sous-jacent à la réorientation des pratiques agricoles en faveur des cultures de rente, et la nécessité d’une intervention étatique plus forte pour mettre en œuvre des programmes qui font de la préservation de l’environnement une affaire plus rentable que l’exportation d’une denrée alimentaire au détriment du patrimoine écologique. Le constat est d’ailleurs irréfutable : l’avocat Hass n’est pas traditionnellement consommé en Colombie.

Finalement, l’augmentation du tourisme spontané dans la région de Salento témoigne de l’intérêt écologique mais aussi économique de la préservation du site dont, comme dit précédemment, les réserves sont essentielles à la vie des communautés locales. D’ailleurs, nombreux vivent du commerce organisé autour de l’entrée dans la Vallée, que ce soit au travers de tours en Jeep proposés pour s’y rendre, du coût d’entrée par différents sentiers, ou encore l’industrie hôtelière.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s