Entre mendicité et humour, les exilés vénézuéliens dans les bus de Bogotá

Jeunes parents, étudiants ou encore médecins, les vénézuéliens se mettent en scène dans les transports publics colombiens. Confrontés à la précarité de l’exil, leurs motivations sont différentes mais tous font preuve d’une grande résilience ; faisant passer les voyageurs du rire aux larmes en contant la réalité de leur pays d’origine.

GEORGES Caroline

Des profils types ?

Les vénézuéliens que l’on rencontre dans le transmilenio sont reconnaissables. Des jeunes hommes et jeunes femmes atteignant rarement les 20 ans avec souvent un nourrisson dans les bras. L’histoire racontée est alors la même : la fuite du Venezuela pour offrir une vie meilleure à leur enfant et pour envoyer de l’argent ou des médicaments à leurs proches restés là-bas. Le processus se répète alors ; après un discours chargé d’émotion, que l’on choisit de croire ou non, ils traversent le bus avec des sucreries à la vente à prix libre. 

Photo de Pilar Mejia

Une autre partie des vénézuéliens mendiant dans le transmilenio n’est pas celle à laquelle on pourrait s’attendre : ce sont des travailleurs qualifiés. De nombreux médecins, ingénieurs ou encore traducteurs ne peuvent plus survivre dans leur pays d’origine. Si ils ont eu les moyens financiers de quitter le pays, une fois arrivé en Colombie, ils ne trouvent aucune reconnaissance de leur diplôme. Ils tentent alors de faire reconnaître leur vraie profession aux usagers en leur donnant une carte de visite improvisée ou leur numéro de téléphone. Combien d’entre eux réussiront à sortir du transmilenio ?

Un public colombien réceptif

Les performances commencent toujours par un Buenos dias auquel on répond ; les voyageurs sont loin d’ignorer les vénézuéliens du transmilenio. À Bogotá, une grande majorité des habitants utilisant les transports en commun font preuve de compassion et de gentillesse avec leurs voisins, leurs « panas ». Chacun donne alors ce qu’il peut : un peu d’argent, de la nourriture ou encore des fournitures scolaires pour les enfants. Ceux qui n’ont rien sont ceux qui offrent le plus. La personne que l’on prendrait pour un mendiant à son physique est celle qui donne quelques pesos. Nombreux sont ceux qui refusent la sucrerie ; les colombiens donnent souvent sans attendre en retour. Les usagers du transmilenio sont réceptifs, ils répondent aux vénézuéliens et rient de bon cœur lorsque l’occasion s’y prête. Nous sommes ici bien loin de l’indifférence que l’on rencontre fréquemment dans les capitales européennes.

De l’artistique au politique

Des prises de parole originales ayant un fort message politique font ressortir quelques vénézuéliens de la masse. Certains ont choisi l’humour pour communiquer avec leur public : à défaut de demander de l’argent pour envoyer à leur famille, ces derniers affirment haut et fort vouloir l’utiliser pour acheter une arme et retourner au Venezuela pour assassiner Nicolas Maduro, le président du pays. Les vénézuéliens savent prendre les voyageurs à parti pour les alerter sur la situation du Venezuela tout en les faisant rire. Certains posent par exemple des questions aux usagers et le prix pour le gagnant est le suivant : un voyage au Venezuela. Le gagnant peut partir dès qu’il le souhaite, le voyage se réalisera à pied et durera environ 7 jours. D’autres choisissent l’artisanat comme moyen d’expression en créant des sacs ou autres porte-monnaies à partir de billets de banque vénézuélien pour mettre en lumière l’hyperinflation que connaît le pays et l’impossibilité d’y vivre décemment, faute de moyens financiers. Afin d’alerter les habitants d’une ville saturée par les migrants, l’artistique sert la cause politique.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s