Thérapies de conversion en Amérique latine

Témoignage : “On a essayé de me convertir à l’hétérosexualité”

Par Raphaëlle Etoundi Essomba et Arthur Guyot

En Amérique Latine, la reconnaissance de l’homosexualité est un processus long et chaotique. Deux jeunes LGBT+ ayant subi des thérapies de conversion ont décidé de se confier à nous. Contactés sur les réseaux sociaux, ils nous ont raconté leur histoire.

Crédits photo

@Getty Images.

Loin d’être des cas isolés, l’histoire relatée par Henrique et Eduardo témoigne d’une terrible réalité : la volonté de restaurer l’orientation sexuelle, l’identité ou l’expression de genre par le biais de méthodes peu conventionnelles. 

Pendant des années, le récit de son expérience traumatisante est resté confiné au cercle de ses proches. Contacté par le biais des réseaux sociaux, Henrique, 27 ans, habitant à São Paulo au Brésil a accepté de nous confier son histoire. 

« Quand j’ai dit à ma famille que j’étais gay, mes parents m’ont emmené dans un établissement psychiatrique. Le psychiatre n’a cessé d’insister sur le fait que je devais essayer de coucher avec Lud, ma fiancée. J’ai déjà assumé mon homosexualité mais nous sommes toujours ensemble sur la recommandation de ce psychiatre. Il m’a prescrit de nombreux examens et des anxiolytiques. Le point culminant fut quand il me prescrit du Viagra pour pouvoir entretenir des relations sexuelles avec elle. »

Dans sa famille, la vision très négative de l’homosexualité ne fait à l’époque aucun doute. Envoyé en consultation chez un « spécialiste », il se retrouve sous anxiolytiques. Ce n’est que bien plus tard qu’il comprendra ce qui lui est arrivé. 

« J’ai découvert qu’il s’agissait d’une thérapie de conversion cette année, lorsque j’en ai parlé à mon thérapeute actuel. »

Entre pratiques médicales et religieuses

Dénoncées dans le film Temblores, sorti en 2019, du réalisateur guatémaltèque Jayro Bustamante, et directement inspiré de faits réels, ces thérapies sont encore monnaie courante dans de nombreux pays du monde, l’Amérique latine ne faisant pas exception. Comme souligné par Henrique et Eduardo ces thérapies sont souvent initiées par la famille avec l’appui de l’Eglise.  

Il est très difficile de vivre en dehors des préceptes religieux, de vivre selon ses propres règles et désirs. C’est ce que nous raconte Eduardo, vivant à San José au Costa Rica:

« J’étais à l’intérieur de l’église, l’ambiance était pesante. J’avais 16 ans, je ne comprenais pas ce que signifiait avoir une sexualité convenable. Un jour, un pasteur a soupçonné que j’hébergeais un démon. Ce dernier me faisait, selon lui, me comporter de manière trop efféminée. Au milieu de la foule, il a commencé une séance d’exorcisme et m’a recommandé d’effectuer une consultation hebdomadaire. Il était impossible de m’accepter. Je vivais en constant conflit interne. Oscillant entre mes désirs et mon amour pour Dieu. »

Cette dualité était particulièrement difficile à accepter pour Eduardo.

« Il me présentait l’homosexualité comme une malfaisance, au croisement entre le péché et la maladie. Pendant les séances il me montrait des scènes d’hommes s’enlaçant, espérant un signe de dégoût de ma part. Il m’est arrivé de me forcer à vomir pour me sortir de ces situations. » 

Visibilité et législation

Pour les sociétés latino-américaines encore traditionnelles, l’homosexualité est quelque chose à traiter et guérir. Cependant, les thérapies de conversion s’apparent à des séances de torture du point de vue des homosexuels.

Si des avancées sont identifiables notamment depuis la déclassification de l’homosexualité comme maladie mentale par l’OMS en 1990, le combat pour les droits des personnes LGBT+ est loin d’être fini, spécifiquement dans les pays d’une région où la religion occupe une place centrale.

Malgré l’existence d’une protection constitutionnelle dans plusieurs pays d’Amérique latine contre la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle, peu de pays de la région légifèrent sur le sujet. 

Terapias de conversión. (Foto: Twitter / Gstyle)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s